Super Slow

Super Slow est une forme de renforcement de l’exercice physique (entraînement de résistance) popularisé par Ken Hutchins. Super Slow est un nom de marque Hutchins pour l’approche de formation de haute intensité préconisée par Arthur Jones. Il est basé sur des idées des années 1940 et 1960 appelées «contraction musculaire 10/10 avec mouvement mesuré» et implémentées à l’aide de machines Nautilus à poids fixe. Plus récemment, ces idées de «Time Under Load» ont connu une renaissance avec Body by Science de Dr Doug McGuff. Le Dr Vincent Bocchicchio a suggéré à Ken Hutchins la levée de 10 secondes, la vitesse de répétition de l’abaissement de 10 secondes. Bocchicchio a promu son idée originale comme étant impraticable sur des mouvements composés tels que la presse de jambe, la presse de coffre, la presse aérienne, et les baisses (tractions). Cependant, Hutchins a développé une technique de redressement pour inclure ces exercices importants au cours de la recherche sur l’ostéoporose financée par Nautilus à l’Université de Floride au début des années 1980. En outre, Hutchins a amélioré les courbes de résistance de l’équipement d’exercice et réduit leur friction pour améliorer encore l’effet de chargement sur les muscles. L’effet de cette approche a été encore amélioré par la pratique des exercices dans un environnement «idéal» où la température était fraîche, la ventilation était assurée et les distractions (audio, odeur, visuelle) étaient minimisées. Cet environnement clinique, associé à la vitesse lente et à la mécanique améliorée, n’avait jamais été géré auparavant. Les instructeurs SuperSlow sont également éduqués en mettant l’accent sur l’utilisation d’un langage précis dans l’exercice. Un protocole dix / dix a été utilisé dans les années 1940 par les culturistes et plus tard dans les années 1960 par les powerlifters comme un disjoncteur de plateau sous le nom MC / MM ou la contraction musculaire avec mouvement mesuré. Cette idée similaire a parfois été préconisée par Bob Hoffman de la York Barbell Company. Aucune de ces approches précédentes n’incorporait l’environnement idéal, la technique de redressement cohérente, la mécanique de l’équipement supérieur, ni l’adhésion au suivi de la fonction musculaire que SuperSlow englobait.

La méthode incorpore des vitesses de répétition très lentes par rapport aux méthodes d’entraînement de résistance traditionnelles, en mettant l’accent sur la réduction de l’accélération et de l’élan pour réduire la force à laquelle le corps est exposé pendant l’exercice et améliorer la charge musculaire. Les séances d’entraînement SuperSlow consistent généralement en un ensemble de chaque exercice effectué pour compléter la fatigue musculaire. Hutchins recommande d’effectuer chaque jeu entre 100 et 240 secondes, en fonction de l’exercice et de la compétence du sujet. Une fréquence de deux fois par semaine est recommandée pour la plupart des stagiaires, avec encore moins de fréquence pour les stagiaires plus avancés. Une séance d’entraînement ne devrait pas durer plus de 30 minutes et être effectuée à l’exclusion de toute autre activité intense pour un progrès maximal. Au cours des dernières années, Hutchins a continué d’affiner ses méthodes et d’élargir ses publications pour y inclure des méthodes de formation et des exercices supplémentaires. Certaines recherches indiquent que Super Slow produit des résultats supérieurs aux méthodes traditionnelles en aussi peu que 10 semaines. Les répétitions lentes peuvent être particulièrement bénéfiques pour les stagiaires travaillant sur des blessures ou des conditions nécessitant des précautions supplémentaires et peuvent être utiles pour pratiquer une forme appropriée lors de l’apprentissage de nouveaux exercices. Les entraîneurs personnels qui ont abandonné le Super Slow pour une utilisation générale peuvent toujours l’utiliser comme méthode pour enseigner de nouveaux exercices ou évaluer le type d’exercice des clients. Des méthodes similaires incluent le système Slow Burn de Fred Hahn et la méthode Power of 10 d’Adam Zickerman. Power of Ten de Zickerman est identique à Super Slow dans la vitesse de rep et la philosophie. La méthode Slow Burn de Hahn ne souscrit pas au tempo strict de 10/10, et utilise une charge plus lourde que Super Slow. Dans l’entraînement Slow Burn, la charge de poids choisie rend la fatigue musculaire en 40-90 secondes. Hahn recommande également deux sessions par semaine pour la grande majorité des stagiaires. Le mot brûler dans Slow Burn est utilisé pour décrire la combustion efficace des graisses via l’utilisation d’un régime alimentaire faible en glucides, pas la sensation de brûler les muscles tout en faisant les exercices.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Copyright foroactivo.eu 2018
Shale theme by Siteturner